Problème de pourcentage : CONSTERNANT MEDIOCRE MAIS SURTOUT INQUIETANT

Quand on aspire à gérer une commune, le minimum à connaître, c’est le calcul de la recette essentielle : les impôts locaux.


Quelle surprise au conseil municipal du 22 janvier de voir que le maire et son 1er adjoint ne savaient pas que voter la baisse des taux d’imposition de 2% n’aboutit pas à une réduction de 2% des taxes que vous payez aux impôts !

La directrice des services de la mairie a été obligée de faire un aparté en plein conseil.


Pratiquement un an après leur élection, c’est du jamais vu. Visiblement l’arithmétique et les calculs de pourcentage ne sont pas enseignés à Saint Cyr.


Pas étonnant que des générations de militaires aient buté de longues années sur le refroidissement du fût du canon.




Baisse de 2% : cela veut dire quoi ?


Par exemple, sur votre feuille d’impôt de la taxe d’habitation, cette baisse s’applique sur le taux de la part communale  du logement que vous occupez.

En clair, si vous payez 700 euros de taxe d’habitation, ce n’est pas 2% de baisse sur ce montant  (soit 14 euros) qui a été décidé par la Commune. C’est seulement la part communale qui est concerné.  Elle ne touche pas la part intercommunale.

Sur votre feuille d’impôt c’est la colonne à gauche qui est concernée et qui s’intitule « Commune ».  Votre part est calculée en fonction de la valeur qui est attribuée à votre logement. Sur ces éléments, le montant moyen de baisse de votre cotisation est d’environ 2 à 3 euros.

 

Cette baisse a aussi concernée la taxe foncière et la taxe foncière non bâtie.

Par contre plus vous avez une grande maison, un grand terrain voire plusieurs maisons et plusieurs terrains, plus la baisse est significative. En clair, la baisse votée par cette nouvelle équipe est plus intéressante pour les propriétaires terriens que pour les locataires de petits logements. Alors devinez à qui cela profite le plus ?

Il existait pourtant des moyens de réduire l’impôt des plus modestes en utilisant d’autres méthodes.