Conseil municipal du 22 juin 2015

compte rendu du conseil municipal du 22 juin 2016
CM+22-06-15 (1).pdf
Document Adobe Acrobat 156.8 KB
Ordre du jour conseil municipal du 22 juin 2015
Convocation CM du 22.06.15..pdf
Document Adobe Acrobat 34.2 KB
rapport du maire au conseil municipal
INFORMATION ELUS DOSSIER LITIGE RAPPORT
Document Adobe Acrobat 188.4 KB
compte rendu du conseil municipal du 27 mai 2015
compte rendu CM 27 05 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 556.6 KB

CLOWN TRISTE


Si au dernier conseil municipal,  j’ai  essayé de rire de tout ce qui se passe malgré la lourdeur des événements, cette fois-ci, j’ai beau tenter, je ne peux que pleurer.


Pleurer sur cette décision malheureuse, qui va jeter à la rue une association qui a tant œuvré, et œuvre encore malgré le contexte, pour la vie pouillonnaise.


Pleurer de ces 17 voix POUR (pas même une abstention) la destruction d’une association (au sens propre comme au sens figuré).


Pleurer de l’attitude et du manque de courage de ces 17 élus,  parmi lesquels des gens proches du monde enseignant, des pères et mères de famille qui ont bénéficié, ou bénéficient encore, des services rendus par l’Amicale. Et dont certains ont quitté la mairie par des portes dérobées, plutôt que d’assumer leur décision.


Pleurer du gaspillage d’argent que va coûter la destruction, puis l’éventuelle reconstruction de ce local.


Pleurer encore une fois de l’attitude de ce maire qui, lorsque vous lui refusez quelque chose, préfère vous détruire pour obtenir ce qu’il exige, plutôt que d’essayer de dialoguer. Et détruire en même temps le patrimoine pouillonnais : patrimoine matériel ou moral peu importe, tout doit se plier à sa volonté.

 

Bref, ce soir, le clown du PAVE est triste… 

CL

TRISTESSE ET HONTE


Lors du conseil municipal du 22 juin 2015, la municipalité a voté pour autoriser le maire à expulser l'association Amicale Laïque et à démolir le local. Tous les membres de la majorité ont voté pour, aucun ne s'est abstenu ni a voté contre.


Les élus de l'opposition ont voté contre.



Suite à cette décision et alors que d'autres points devaient être traités, le maire a levé la séance.


De nombreux personnes dont beaucoup en soutien de l'amicale laïque ont participé au conseil municipal (une quarantaine de personnes) mais rien n'a fait et la décision a été prise malgré tout sans une hésitation.


Intervention des élus d'opposition lors du conseil municipal du 22 juin

 

Au-delà de la problématique juridique qui sera tranchée par un tribunal administratif, il est nécessaire de reprendre certains arguments présentés par la majorité dans le document intitulé « information aux élus »qui se veut un résumé de la situation. Cette information  devrait mettre en avant tous les éléments liés à cette affaire de manière objectives et non de façon orientée comme transcrite dans ce document.

 

Dans le chapitre « situation antérieure »

 L’amicale laïque est présentée comme une association qui a été longtemps une force motrice de la vie du village. Cela est vrai car celle ci a pendant de très nombreuses années géré le centre de loisirs (1972 - 2005), la cantine scolaire (1965 -2004), l’accueil périscolaire (1984-2012) ainsi que l’aide aux devoirs mis en place en 2000 et qui est toujours assurée entre autres par des membres de l’association.

L’amicale laïque s’inscrit également au présent puisqu’elle propose toujours des activités (cours de Gascons, d’Espagnols, d’Anglais, Arts plastiques, théâtre) au profit de la population.

 

Dans le chapitre « situation actuelle – historique »

Ce qui est qualifié d’incident du 6 mars 2015 par la majorité est en réalité un dépôt de plainte contre l’amicale laïque qui s’apparente à des représailles comme nous l’avons signalé lors d’un précédent conseil. J’invite tous les élus à relire le courrier que l’amicale leur a adressé et dans lequel les réponses à vos accusations sont amenées. Suite à cette plainte l’association n’a pas souhaité renouveler la convention de mise à disposition gratuite de leur local au profit de la mairie comme l’autorise le document signé par les deux parties.

Il est également évoqué une proposition d’échange de locaux à travers un mail du 27 mai relayé par un courrier remis à la poste le 28 mai. On ne peut que remarquer que cette offre est datée du 22 mai soit le lendemain de la date initialement prévu pour le conseil municipal. Ce dernier ayant été reporté au 27 on comprend mieux ce décalage des diverses dates, ce qui est tout sauf un hasard. Vous avez ainsi évité des questions embarrassantes en conseil.

Vous avez proposé à l’amicale laïque d’échanger son local contre un ensemble  de salles occupées auparavant par la paroisse ainsi que la salle du secours catholique. On peut légitimement se poser la question de savoir si le secours catholique était informé de cette situation. La durée de mise à disposition de cet ensemble était de 2 ans renouvelables alors que le droit à propriété que vous souhaitez remettre en cause s’étend encore sur 61 ans. Il n’y a que la majorité pour s’étonner du refus de votre proposition par l’amicale au vu des éléments cités dernièrement.

Oui il y a un problème d’espace pour nos écoles publiques. La précédente municipalité et les cinq élus d’oppositions présents issus de celle ci étaient et sont toujours conscients de cette problématique. Mais c’est bien la majorité qui est à l’origine des difficultés actuelles à travers le report de  la construction d’un nouveau restaurant scolaire alors que tous les éléments nécessaires (plan, budget, autorisation d’urbanisme) étaient prêts et qui permettait ainsi de dégager des espaces et d enclencher la restructuration complète de nos écoles basée sur une réflexion globale et non au coup par coup comme actuellement. Oui nous savions que dans de la cadre de cette restructuration nous aurions à discuter avec l’amicale laïque et du devenir de son local. Mais un dialogue se doit d’être respectueux et attentif entre les partenaires afin de trouver les solutions pour répondre aux besoins de tous. Le dépôt d’une plainte et un passage en force  ne peuvent être considérés comme des gages de respect et d’écoute.

Il est également noté que le local de l’amicale n’est pas aux normes actuelles préconisées par l’éducation nationale. Cela est tout à fait normal puisque ce  bâtiment n’a jamais été destiné à recevoir une salle de classe.

Depuis son origine, à savoir en 1946, l’amicale laïque a œuvré pour les Pouillonnais sur des objectifs sociaux, éducatifs et culturels dont nous avons tous bénéficiés et cela au titre de l’intérêt général. Encore à ce jour, malgré la plainte déposée contre elle et les difficultés relationnelles avec la municipalité ce qui est inédit pour elle, l’amicale reste fidèle à sa vocation sociale, éducative et culturelle puisque suite à un échange de mail  elle a fait don de matériels à la commune au profit de l’accueil périscolaire comme demandé par la municipalité.

Nous vous invitons à surseoir à votre volonté de passer en force sur ce dossier. Depuis des décennies les bénévoles de l’amicale font preuve d’un dévouement remarquable. A ce titre ils doivent être assurés de notre respect et de notre considération. Nous vous demandons donc de renouer avec cette association un dialogue respectueux et vertueux afin de sortir de l’impasse dans laquelle nous nous jetons si vous persistez dans vos choix. 

 

Les élus d'opposition.