Beaucoup de bruit pour rien


Vous l’avez certainement remarqué, le maire a pris l’habitude d’animer ses conciliabules avec ses administrés par une litanie de promesses en l’air mais lorsque les pouillonnais interpellent leurs élus sur l’absence  de projets concrets, il leur est répondu que la précédente majorité municipale a laissé les finances de la commune dans un tel état qu’il est impossible de faire quoi que ce soit. Pour des gens qui se revendiquaient comme non étiquetés politiquement il y a quelques mois encore, vous conviendrez qu’ils ont vite pris les postures de la fonction.

 

Remettons les choses à leur place : les finances de la commune sont saines. Sa capacité de désendettement qui correspond au nombre d’années d’excédent de fonctionnement nécessaires pour rembourser l’intégralité des dettes est de 7 ans, à condition bien entendu de maintenir le même niveau d’excédent de fonctionnement annuel. Ceci implique une gestion rigoureuse au quotidien. Or, l’augmentation des indemnités des élus  et la baisse des taux d’imposition, mesures emblématiques de ce début de mandature ne vont clairement pas dans ce sens. Alors, oui, si le maire et ses élus poursuivent dans cette voie, la situation financière de la commune va vite se dégrader.

La dette par habitant se montait à 748€ en 2013 à Pouillon pour une moyenne des communes de même strate de 1 071€ au niveau départemental, de 838€  au niveau régional et de 727€ au niveau national*. La dette est par conséquent maîtrisée.

 

 

Si elle est affectée à la réalisation d’investissements structurels, la dette n’est pas une mauvaise chose, bien au contraire. Pouillon est dans une dynamique de croissance de sa population, et donc de ses recettes d’impôts, la dette est couverte par des excédents futurs. Bien des communes y compris de la taille de Pouillon en ont conscience et mènent des projets ambitieux financés en grande partie par l’emprunt au point que les investissements réalisés par les collectivités locales sont d’ailleurs un des piliers de la trop fragile croissance du PIB français. Les conditions d’accès au crédit sont faciles et bon marché en ce moment; le maire, en bon business man autoproclamé devrait en être conscient et ainsi profiter de ce contexte pour entamer des projets d’ampleur pour la commune et ses habitants.

 

Au Conseil Municipal du 8 décembre dernier, les élus de la majorité ont voté le remboursement anticipé d’un emprunt de 130 000 € moyennant une pénalité de plus 5 000 €.

C’est autant d’investissements en moins pour Pouillon et ses habitants. Pour un maire qui se qualifiait de transformateur audacieux dans son premier éditorial du journal municipal, qu’en est-il  à ce jour ? Du vent, du vide, rien en somme.

 

RLC

 

* source decomptes-publics.fr