Ci-joint des extraits d’une dépêche de l’AFP qui peuvent résonner à nos oreilles Pouillonnaises.

AFP, publié le dimanche 09 septembre 2018 à 08h02

La nature plutôt que le macadam pour être heureux ? Le paysage, plus particulièrement rural, est l'un des éléments constitutifs du bonheur, affirment des chercheurs.

"Le paysage n'est pas seulement le papier peint ou l'affiche qui décorent un salon ou une chambre à coucher. Sa matérialité, comme sa perception, peuvent avoir une influence directe sur notre qualité de vie et contribuent en cela au bien-être et au bonheur", assure le géographe et agronome Yves Michelin.

Quelque 150 géographes, sociologues, historiens, économistes, paysagistes, urbanistes et agronomes, venus de plus de 20 pays, ont débattu la semaine dernière à Clermont-Ferrand puis à Mende, de l'interaction entre qualité de vie et qualité des paysages, lors la 28e conférence du réseau PECSRL (Permanent European Conference for the Study of the Rural Landscape).

Car s'il est largement admis qu'un paysage à l'environnement sain, protégé des pollutions, a des effets positifs sur la santé et le bien-être physique des populations, la recherche va aujourd'hui sensiblement plus loin.

"De récentes études en sciences cognitives ont démontré que, si le paysage est agressé, cela vous affecte directement. On souffre quand celui-ci est attaqué. A l'inverse, quand le paysage de nature est en bon état et accessible, les gens se sentent bien psychologiquement.

Dans un monde globalisé, où l'espace se rétrécit, le paysage devient un "repère" et un facteur d'"enracinement".

"Il n'a pas besoin forcément d'être grandiose ou pittoresque. A partir du moment où on le reconnaît, il devient un objet d'identité. Le fait de se sentir chez soi, d'+être de quelque part+, de faire partie prenante d'un territoire contribue au bien-être, contrairement au déracinement qui lui est dévastateur.

- Jardin thérapeutique -

La nature, un médicament ?, des travaux interdisplinaires entre médecins, architectes et paysagistes l'ont scientifiquement prouvé.

En Ecosse, des chercheurs ont interrogé des septuagénaires sur leur cadre de vie et paysages fréquentés depuis leur enfance dans les années 30. Témoignages qu'ils ont croisés avec des cartes et données sanitaires et socio-économiques provenant des archives d'Edimbourg et de sa région.

"Nous en avons conclu que la fréquentation des parcs publics pendant l'enfance et à l'âge adulte peut ralentir le déclin cognitif des personnes âgées. Cette découverte était encore plus marquée pour les femmes et personnes issues de milieux défavorisés", résume l'architecte du paysage Catharine Ward Thompson.

Même constat pour la dépression et l'anxiété. "L'accès à des espaces verts peut permettre de réduire les inégalités sociales en terme de santé", assène cette directrice du centre de recherche OPENspace.

"S'il y a un message à retenir, c'est que plus on est attentif au paysage, plus on est attentif aux autres et mieux tout le monde se porte finalement", sourit encore Yves Michelin, pour qui le bonheur est bien... dans le pré.

PETITION POUR LA REVALORISATION DES RETRAITES AGRICOLES

Les élus ont reçu le communiqué suivant : 

 

L'association nationale des retraités agricoles de France (ADRAF)  a lancé une pétition pour exiger la juste revalorisation des pensions de retraites agricoles. Cette action se situe dans le prolongement du rassemblement du 13 avril à Mont de Marsan à l'appel du Modef et de l'Association départementale des retraités agricoles (ADRAF) des Landes. Il s'agit d'obtenir que, le 16 mai, la proposition de loi portant le minimum garanti pour une carrière complète à 85 % du Smic puisse enfin être adopté. Alors que cette proposition était soutenue par les députés et sénateurs, elle a été enlevée par le gouvernement. Faisons pression pour que cette proposition soit adoptée le 16 mai 2018 !
Signez et faites signer sans modération  en allant sur le site de l'ADRAF avant le 10 mai 2018 : 

http://www.modef40.fr/Agenda-et-Actus/L-actu-agricole-departementale/Petition-pour-la-revalorisation-des-retraites

 

OU en créant un commentaire dans la rubrique commentaires de ce site avec vos nom et prénom et le message suivant : "je signe la pétition pour la revalorisation des retraites agricoles". Nous relaierons votre commentaire sur une pétition collective. 

Merci 

BANQUE ALIMENTAIRE

 

CCAS DE POUILLON 

Le Centre Communal d'Action Sociale (CCAS) de Pouillon est un établissement public administratif. 

Le CCAS propose un ensemble de prestations pour remédier aux situations de précarité ou de difficulté sociale touchant notamment les familles, les personnes âgées, les personnes sans emploi et les personnes en situation de handicap. Le public de la commune y est orienté vers les partenaires locaux ou directement pris en charge. Le CCAS se mobilise principalement dans la lutte contre l’exclusion (notamment aides alimentaires) et le soutien au logement (notamment des personnes âgées et des familles en difficultés). 

Le CCAS est présidé par le maire de la commune. Son conseil d'administration est constitué d'élus locaux désignés par le conseil municipal et de personnes compétentes dans le domaine de l'action sociale. 

 

Banque Alimentaire de Pouillon. 

Depuis ses débuts, Pouillon a mis un point d’honneur à mettre à la disposition de la Banque Alimentaire : un employé municipal/chauffeur et un véhicule communal, et ce, quelles que soient les différentes majorités municipales. Mais, au cours de l’année 2014, l’employé municipal/chauffeur a été retiré du circuit «transport» de la Banque Alimentaire. Courant Janvier 2018, il a été signifié au responsable de la Banque Alimentaire que le véhicule de la commune ne serait plus disponible… Une solution, en cours de négociation, serait de se tourner vers le CIAS du Pays d’Orthe et Arrigans (Centre Intercommunal Action Sociale). 

 

Avis de PUAV : 

Le maire de Pouillon, en qualité de Président du CCAS, avait le pouvoir de ne plus mettre un véhicule communal à la disposition de la Banque Alimentaire. 

Mais, ce faisant, ne règle-t-il pas des différends d’ordre personnel avec la Communauté des Communes ? Y a t-il eu, en amont de cette décision, consultation de l’avis de l’ensemble des personnes constituant le CCAS ? On peut légitimement se poser les questions… 

D’autre part, il est à regretter le délai très court entre la prise de décision et la « sentence » : Y avait-il réelle urgence ? 

 

Quelques données concernant la Banque Alimentaire... 

Comme chaque année, deux distributions par mois, le 1er et le 3ème vendredi de chaque mois, soit 24 distributions par an. Les denrées sont récupérées le jeudi à la banque alimentaire de DAX par trois bénévoles. La commune de Pouillon prête un véhicule pour assurer le transport des marchandises de la banque alimentaire de Dax au local de Pouillon. 

Le jeudi matin, en moyenne 6 à 7 bénévoles sont présents pour décharger la tonne de marchandises, les ranger dans les rayons, nettoyer le local et faire l’inventaire. Une présence de trois à cinq heures est nécessaire. 

 

BÉNÉVOLES

La distribution des denrées alimentaires est assurée par 23 bénévoles (5 bénévoles de plus qu’en 2016). 16 bénévoles résident sur la commune de Pouillon, 4 sur la commune de Habas, un sur la commune de Gaas et 2 de Peyrehorade . Six bénévoles sont nécessaires pour assurer la distribution le vendredi. 

 

FAMILLES BÉNÉFICIAIRES. 

Les critères « d’admissibilité » pour bénéficier de l’aide alimentaire sont déterminés par les services sociaux : la Banque Alimentaire leur fait confiance en ce qui concerne leurs choix de désignation. 

Les bénéficiaires sont les membres qui composent la famille. On constate pour l’année 2017, une augmentation de plus de 18%. 

- 21 familles supplémentaires par rapport à 2016. (55 bénéficiaires supplémentaires). 

 

RÉPARTITION des BÉNÉFICIAIRES PAR COMMUNE. 

POUILLON  35      HABAS  32     LABATUT  27     GAAS  07          OSSAGES   07        MIMBASTE   07

TILH    05     ESTIBEAUX   03       CAGNOTTE  03        MOUSCARDES  03                MISSON 02 

 

DIVERS

Depuis le 26 décembre, de nouveaux locaux de distribution sont implantés sur la commune de POUILLON. La banque alimentaire dispose d’un local de stockage de 40 m2, équipé de trois réfrigérateurs, de deux congélateurs et surtout d’une chambre froide, d’un bureau, d’un local mis à la disposition du Secours Catholique avec qui la banque alimentaire travaille en étroite collaboration et d’une cuisine en cours d’équipement. 

Une salle d’attente est mise à la disposition des bénéficiaires. A chaque distribution, les bénévoles du Secours Catholique distribuent café, boissons fraîches et gâteaux (produits provenant de la banque Alimentaire).

 

FERMETURE DES BUREAUX DE LA MAIRIE

 

Jusqu'à nouvel ordre, la mairie sera ouverte uniquement du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30. Fermeture le samedi.

En conséquence, les clefs des salles réservées pour les week-end seront à retirer impérativement au plus tard le vendredi soir.

Touche pas à ma Poste!

 

La Poste est le premier service public spontanément cité (47% de citations), loin devant les autres. Elle est, pour toutes les catégories de ruraux, le service public par excellence. Cette notoriété s’explique très probablement par le fait qu’il s’agit du service public avec lequel les habitants du monde rural ont les contacts les plus fréquents (au moins une fois par mois pour 75% des sondés, dont 33% au moins une fois par semaine).

Pourtant la Poste se désengage peu à peu du monde rural. Elle a d’abord supprimé les « petits » bureaux de poste puis délégué leur fonctionnement aux communes volontaires (les agences postales), il y en a une par exemple sur Labatut.

Maintenant elle s’attaque aux pôles plus importants (Habas est en sursis) et Pouillon n’échappe pas à la règle. Pas assez de fréquentation pour les gestionnaires, alors on commence à supprimer des périodes d’ouverture.

Ce serait à partir de janvier 2017 le mercredi après-midi et le jeudi après-midi.

Doit-on être obligé de faire 20 km pour trouver un bureau de poste ouvert les mercredis après-midi et jeudis après-midi, doit-on supporter que seules les villes de moyenne importance soient desservies au détriment des communes rurales? L’accès aux services publics doit rester égalitaire et le plus large possible. Le maintien des services publics conditionne pour une bonne part le maintien non seulement d'une qualité de vie mais aussi de la vie même en milieu rural.

La municipalité actuelle ne bouge pas alors qu’elle connait cette décision depuis début octobre. Les élus d’opposition ont proposé une action dès que l’information leur a été transmise, ils ont dû insister pour évoquer ce point lors du dernier conseil municipal. On leur a répondu qu’un courrier serait fait.

 

Tout n’est pas inéluctable. Ne soyons pas résignés. Signons la pétition en ligne pour le maintien des services de la Poste sur toute la semaine.

Le PAVE a été distribué dans les boîtes aux lettres de Pouillon.

Pour ceux qui souhaitent le lire sur ce site, cliquez ici.

Pour ceux qui le souhaitent, pensez à renvoyer le bon d'adhésion.

 ERRATUM : concernant l'article sur DAROCA, il faut lire le 10ème anniversaire du raid cyclotouriste Pouillon/Daroca et non le 10ème anniversaire du jumelage. Merci de votre compréhension.

Pouillon une autre vision sur FacebooK : suivez notre actualité, venez "liker" et vous abonner à notre page : https://www.facebook.com/pouillonuneautrevision?ref=aymt_homepage_panel

Les comptes-rendus des derniers conseils municipaux et conseils communautaires sont en ligne, cliquez ici pour le conseil municipal et cliquez ici pour le conseil communautaire

Compteur Global gratuit sans inscription